Riki-Oh : The Story Of Ricky

dimanche 11 mars 2012 à 01:46
Riki-Oh : The Story Of Ricky

Pour le premier nanard de la série, on commence avec du lourd: Riki-Oh. Ne vous méprenez pas : ce film est sérieux... Enfin il essaye de l'être et c'est pas gagné... N'achetez pas ce film si vous n'avez pas d'humour ou si vous vous attendez a un chef d'oeuvre sur le milieu carcéral nipon. Ne le regardez pas non plus avec la fille que vous voulez draguer : autant l'emmener dans un abatoire tenu par des clowns pour la séduire. C'est à regarder avec des potes qui ont le sens de l'humour.

Synopsis

Mis en prison pour avoir tué le mafieux responsable de la mort de sa petite amie, Ricky se rend vite compte que chaque aile du pénitencier est sous la coupe de truands sans foi ni loi. Ces derniers martyrisent les autres détenus sous l’œil bienveillant de l'administration pénitencière, se servant d'eux pour leur trafic d'opium...

Mon avis

Les amateurs de nanard sont servis. Les effets spéciaux sont... spéciaux, le scénarios ne rîme à rien, on ne compte pas le nombre d'incohérences et le jeu d'acteur est très mauvais, des boss en mousse et des décors en carton, bref tout ce qu'il faut pour faire un bon nanard. Rien que l'affiche vaut le détour.

Tous d'abord, il faut prévenir que c'est un film bien gore... Les machoires arrachées, les membres qui se détachent, de l'émoglobine par litres, a ce niveau, c'est digne d'un abatoire moyen-ageux.

Mais ne vous y trompez pas : Riki-Oh se veux sérieux, c'est là qu'on reconnais un vrai nanard... Ca ce veux sérieux et c'est loupé. Comment ne pas exploser de rire quand on voit comment la copine du héros meurt ou devant le boss de fin. Les scènes de combat sont  épiques et je ne parle pas des quelques interludes musicaux durant lesquels le héros sort une flutte d'on ne sais où alors qu'il est au mitar (je suis sûr que vous avez une réponse qui vous vient à l'esprit).

Les combats sont digne de ce qui pourrait se faire pour une adaptation d'un Ken le survivant... Enfin une adaptation sans budget et totalement surréaliste : des méchants qui tentent de vous étrangler avec leur propres boyaux, d'autres à qui il manquent le bas de la machoire mais qui continuent a se battre et j'en passe. Le must étant bien entendu pour le boss final dans son magnifique costume en mousse.

Dans les scènes invraissemblables, on note le "rattachage de tendons"... J'avoue que le type qui se sors les tendons du bras et qui fait un simple noeud pour se les rattacher, c'est simplement énorme... Ne vous inquiétez pas : je ne troll pas, cette scène contient d'autres éléments cultes. On note aussi le héros "toujours en forme" qui n'a jamais la moindre égratignure alors qu'il pissait le sang dans la scène précédente.

Ma note : 3.5 / 5 pour ce chef d'oeuvre gore asiatique.

Laissez un commentaire

En bref...

Dernier article

La dictature sur facebook

Cette semaine, l'actu, c'est Facebook qui trébuche. Le réseau social vient en effet de supprimer le droit de vote de ses membres. On a aussi GoogleNow sur Chrome, des nouvelles pas très réjouissantes de l'UIT, du piratage, l'étoile de la mort de Star Wars et une évasion échoué.

Ressources externes